Groupe ZUR
Menu

DOUBLE JEU (x)

Le spectacle de la rue, de la place, de la promenade, de la sortie de chez soi, de la rencontre fortuite, du croisement de regards, des rendez vous intentionnels, des attroupements, des manifestations, des processions, parades et autres phénomènes essentiels remplis d’humanités.
Ceux-ci sont nos sources d’inspiration. Depuis toujours nous nous interrogions sur notre relation à l’autre, l’autre « le public », l’autre « les humains », l’autre « moi », l’autre « pas moi », l’autre « le groupe ». 
Nous pensons que l’espace public, les lieux de rencontre, intérieurs ou extérieurs, restent le terrain de jeu idéal pour représenter ces interrogations. 
Des terrains dans les quels nous proposons le jeu, dans les quels nous attendons les « autres » pour jouer. Jouer à la rencontre humaine.

Dans ces temps de confinements réitérés, de replis plus au moins volontaires, un nouveau questionnement se pose au sujet de l’autre, de sa présence désormais devenue virtuelle et réduit au nécessairement utiles. 
Éloignés, nos corps enfermés dans nos maisons, ne se fréquentent plus. Peinent à se fréquenter à nouveau, à renouer avec l’inutile essentiel. 
Avec les autres indispensables. Cela est notre défi, pour un spectacle de proximité.

La promenade publique

Il n’y a rien d’installé, à part une lumière diaphane, d’autres personnes arrivent. Un technicien, je suppose, tire des rallonges électriques. Je me demande si la compagnie n’a pas pris un peu de retard. Au fur et à mesure je comprends que le technicien n’est qu’une silhouette parmi d’autres qui vont et viennent. Certains attendent, d’autres se retrouvent, travaillent ou lisent sur un banc. Bref, une scène du quotidien, où l’on prend le temps d’observer l’autre. Puis on commence à découvrir un peu plus certains personnages et à rentrer dans leur intimité, à voir et à entendre ce qu’ils pensent, qui ils sont. On voyage dans toutes leurs histoires.

Dans ce terrain de jeu public, les actions et les histoires tissent des liens. Une mécanique se met en place. Des silhouettes traversent l’espace ou l’habitent, un mobilier urbain se déploie. Alors que l’on commence à se raconter des bouts d’histoires et que l’on cherche à trouver du sens, chacun se met à jouer avec un double de lui-même, sa face cachée ou intime et à suspendre sa narration, à disparaître et à se multiplier. On n’y comprend plus rien.
Par des systèmes qui semblent s’inspirer de la magie, de la bidouille, et du trompe l’œil, on se retrouve perdu dans un tourbillon d’histoires, d’espaces et de temps, animé par les corps, les lumières, les images et les sons.

L’escalier à double révolution 

C’est un spectacle pour espaces et publics vivants.
C’est un jeu.
Il prévoit une dramaturgie double, une déjà finalisée dans sa forme par le groupe ZUR, autonome et qui pourrait se suffire à elle même. Elle sera présentée comme la règle du jeu que nous allons jouer ensemble pendant trois jours avec un groupe de personnes.Ce groupe s’en emparera à son tour pour élaborer avec nous, l’autre forme complexe, augmentée, incrustée, déstructurée, recomposée.
DOUBLE JEU (x) sera présenté au public à la suite. Tel un escalier à double révolution, un seul suffirait mais deux c’est mieux.
Un repérage de lieu et une rencontre avec un groupe de personnes seront effectués en amont.
(Pour vous donner une idée…: deux jours de montage du spectacle seront nécessaires pour présenter la forme simple le soir du troisième jour.
Suivront trois jours de jeu avec le groupe de personnes rencontrées.)
Le sixième jour nous présenterons DOUBLE JEU (x)

Une création moitié moitié, une moitié prête et l’autre moitié à apprêter.

 

Le Groupe Zur : Aurore Baudouin ou Soraya Sanhaji, David Boidin, Christophe Auger, Raphaël Dalaine, Stéphane Delaunay, Bertrand Groisard, Loredana Lanciano, Mallory Duhamel.

Coproducteurs :

– Éclat, CNAREP* Le Parapluie, Aurillac (15)
– Atelier 231, CNAREP*, Sotteville-lès-Rouen (76)
– La Lisière, lieu de création pour les arts de la rue et de l’espace public en Ile de France, Bruyères-le-Châtel (91)

– Réseau Risotto, Réseau francilien pour l’essor des arts de la rue et de l’espace public

– Le Moulin Fondu – Compagnie Oposito, CNAREP*, Garges-lès-Gonesse (95)
– Ville de St-Hilaire de Riez (85)

 

*Centre national des arts de la rue et de l’espace public

Tutelles :

Avec le soutien de l’Etat, Direction régionale des affaires culturelles (D.R.A.C.) des Pays de la Loire .

Calendrier prévisionnel :

> mardi 16, vendredi 19 et samedi 20 août 2022, 1ère rencontre amicale en 2022 au Festival international de théâtre de rue d'Aurillac. Ensuite chaque représentation donnera lieu à une nouvelle création
> du 4 au 10 juillet 2022 | résidence à domicile aux Fresnaies
> du vendredi 20 au jeudi 26 mai 2022 | Mairie - Service culturel à Saint Hilaire de Riez (85), semaine de création n°8 avec un groupe "alter ego" constitué
> du lundi 2 au vendredi 8 mai 2022 | La Lisière (via le partenariat en coproduction du CNAREP Le Moulin Fondu) à Bruyères Le Chatel (91), semaine de création n°7
> du 25 au 30 avril 2022| recherche de lieu de résidence en cours...
> du 17 au 24 mars 2022 | CNAREP Atelier 231 à Sotteville-lès-Rouen (76), semaine de création n°6
> du 13 au 26 novembre 2021 | CNAREP Atelier 231 à Sotteville-lès-Rouen (76), semaines de création n°4 et 5
> 18 au 24 octobre 2021 | La Lisière, lieu de création pour les arts de la rue et de l’espace public en Ile de France, Bruyères-le-Châtel (91), coproduction Réseau Risotto, Réseau francilien pour l’essor des arts de la rue et de l’espace public, semaine de création n°3
> 15 au 20 mars 2021 | Éclat, Cnarep Le Parapluie, à Aurillac (15), semaine de création n°2
> 2 au 7 novembre 2020 | semaine de création n°1, dans nos locaux.
> 10 au 15 août 2020 | résidence d’écriture et laboratoire avec les étudiants du Seoul Street Art Cultural Center (Corée) au Parapluie d’Aurillac (15). RÉSIDENCE ANNULÉE
> 6 au 11 avril 2020 | résidence de recherche dans nos locaux. RÉSIDENCE ANNULÉE