Groupe ZUR
Menu

Agrocampus Ouest ANGERS – création collective | 2017 -2021

Les étudiants d'Agrocampus Ouest utilisent depuis le début le Jard’In ZUR comme terrain d’expérimentation, sur un temps inscrit dans leur cursus. 
Depuis 2017, ils ont travaillé sur les lisières, sur les techniques à expérimenter pour compenser l’extrême pauvreté de la couche arable, sur la protection contre les vents dominants, et sur les apports en eau.
Ensemble, nous avons notamment planté deux haies (la haie fruitière et la haie brise-vent), créé deux buttes de permaculture et une spirale aromatique, installé une haie benje (haie inerte de clôture), réalisé les prototypes d’une mini-serre mobile et d’un banc-brouette mobile en ardoise…
Concernant la question cruciale de l’eau, les étudiants nous ont proposé d’installer deux cuves de récupération d’eau de pluie, l’une en haut et l’autre en bas du Jard’In Zur, reliées aux gouttières des bâtiments qui bordent le site et de créer un chemin d’eau et une mare entre les deux cuves.

| CALENDIER RÉALISÉ |

> Premières promotions : hiver 2017-2018, puis pendant les mois d’avril et mai 2018

Joseph Millière, Maëlys Sautel, Alexandre Thulièvre, Loïse Triollet, Idoia Urruty.

 

Quelques étudiants en paysagisme sont venus étudier le terrain sur leur temps libre dès l’hiver 2017-2018 (le « club perma » d’Agrocampus). Un partenariat plus formel s’est ensuite engagé avec l’Université grâce à l’un de ses enseignants, Vincent Bouvier, qui a inscrit le projet Jardin ZUR dans le cursus des étudiants. Sébastien Guillet, responsable des collections botaniques d’Agrocampus Ouest, a également très vite pris part au projet.

Ainsi, au printemps un premier groupe est intervenu. Ils ont établis un diagnostic et des priorités d’aménagement (créer un sol fertile, assurer l’approvisionnement en eau, protéger des vents dominants), imaginé un zonage du site (place du village, potager, compost, spirale d’herbes aromatiques…) Ils ont proposé une palette végétale, réfléchi aux bordures du Jardin ZUR , à l’intégration de la structure Picnic production (dont les mobile-homes de travail, positionnés en marge du terrain, sont visuellement très présents).

 

> Deuxième promotion : janvier-février 2019

Ornella Baronick, Camille Berthot, Constance Freche, Anne-Lise Grienenberger, Adeline Kohler, Marguerite Naud, Claire Paccallet, Alexandre Thulièvre.

 

Cette promotion s’est concentrée sur la création d’une haie brise-vent en partie basse du Jardin ZUR et de claustrats pour la lisière entre le Jardin ZUR et les locaux professionnels de Picnic Production (mobile-homes en partie haute). Elle a aussi défini une palette végétale possible pour la plantation au pied de la haie Benje et créé les prototypes d’une mini-serre mobile, à installer sur les buttes de permacultures, et d’un banc-brouette mobile en ardoise.

 

> Troisième promotion : janvier-février 2020

Marie Anseaume, Mikaël Bardot, Thomas Bordevaire, Francis Charrier, Clémentine Damico, Océane Delaere, Elise Derouin, Gabrielle Le Gall, Laure Lecerf et Yoann Mermoud.

 

Cette promotion a finalisé le dessin et l’étude technique du Chemin d’eau et commencé sa réalisation, créé un bibliambule et du mobilier (assises rondins), imaginé un système de sécurisation anti-sangliers de la butte de permaculture qui reste convivial et beau.

 

> Quatrième promotion :

Janvier-février 2021

Baptiste Bodin, Edouard Bretin, Baptiste Crepin,  Pauline Escoffier, Alice Gounot, Flavien             Guidoux, Jad Khattar,  Evan Le Du, Paulin Le Roux, Antoine Theoleyre, Corentin Wackenheim.

 

Plusieurs chantiers sont proposés à l’étude à la promotion 2021 : la verticalité, la création d’une serre attenante à l’atelier, l’aménagement de pergolas, la définition d’une palette végétale pour le chemin d’eau, la mare, les claustras, l’angle aride de la haie brise vent, l’amélioration de la zone de compostage, l’aménagement des entrées du Jard’in ZUR…

 Septembre 2020 –  février 2021

Louisa Blanchet, Antoine Cassaigne, Mathieu Cornut, Clara David, Mélissa Delys, Marie Des Closières, Marie Gaudin.

 

Par ailleurs, un autre groupe d’étudiants travaille en ce moment sur l’aspect « jardin comestible », pour définir la qualité et l’éventuelle pollution des sols, de l’eau de récupération d’eau de pluie dans les cuves, et de l’air du Jardin ZUR. Ces recherches sont menées dans la perspective de développer une production alimentaire de qualité… Ou d’y renoncer si nous constatons que les conditions ne le permettent pas !

Partenaires :

Depuis le début des chantiers au Jard'in ZUR, les étudiants ont bénéficié de dons et apports en nature d’entreprises et collectivités pour leurs chantiers, à commencer par la Ville d'Angers (Service Parcs et jardins), qui a creusé une tranchée pour l'implantation de la haie fruitière, apporté de la terre végétale et fournis des arbres fruitiers, du BRF, de l'osier... en fonction des possibilités. 
L'entreprise Ardoises et jardin (Trélazé) a également été un partenaire de la première heure du Jard’In-ZUR et a donné plusieurs très belles pierres d'ardoise.
Ils ont également obtenus : un très gros don de terre végétale (entreprise Eurovia), du BRF (Bois Raméal Fragmenté, fournis par les entreprises (Nicolas Paysagiste, O2 l’arbre), de l’amendement organique (entreprise La Florentaise)... 
Les poteaux de structure des claustras ont été fabriqués avec des candélabres sciés (poteaux de lampadaires) donnés par la Ville de Beaucouzé. 
Les rondins ont été apportés par des entreprises (Nicolas Paysagiste, O2 l’arbre), des chutes de tuyaux PVC ont été données par l'entreprise H. Tubes, des réductions ont été offertes par l'entreprise Arcamat et les Pépinière Lepage...
Le Jard’In-ZUR les remercie.